Cailabs-TILBA-Gamme
Cailabs et BridgeComm deviennent partenaires
6 février 2020
campus-excellence-lannion
Lannion, Campus d’Excellence « Numérique & Photonique »
7 février 2020

Le sonar SeapiX d’iXblue aux JO 2024

eca-group-news-droneseastem-protect

iXblue participe au projet de recherche et d’industrialisation DroneSeastem-Protect qui  a pour objectif une meilleure sécurisation des sites maritimes sensibles, allant des ports aux sites offshores de production d’énergie, en passant par les plans d’eau pour les compétitions sportives ou encore les aires marines protégées.

C’est aux côtés du porteur de projet ECA Group et de 5 autres structures, Alseamar, CLS, IFREMER, Naval Group et Subsea Tech, qu’iXblue apporte son savoir-faire en termes d’imagerie sous-marine.

Via sa division installée à Ciotat, iXblue a développé un sonar 3D SeapiX. Ce double sonar transducteur multifaisceaux détecte et suit des objets présents dans la colonne d’eau analysée. Grâce à un système d’imagerie acoustique, une cartographie et une classification des fonds marins sont réalisées simultanément. SeapiX peut effectuer ses missions de deux façons différentes : en statique, c’est-à-dire disposé sur une bouée fixe instrumentée, ou en dynamique, autrement dit placé sur un drone de surface DriX, également développé par iXblue.

eca-group-news-droneseastem-protect

Crédit photo : ECA Group

Cette technologie intègre le dispositif DroneSeastem-Protect qui fait appel à l’utilisation synchrone d’une équipe de drones, sous la supervision d’un poste unique de commandement et de contrôle. Le système permettra à l’opérateur de facilement accéder aux informations récoltées par les drones opérant en même temps sous et sur l’eau, mais aussi dans les airs.

Concrètement,  il  améliorera  considérablement  la  surveillance  de  ces  sites  en  augmentant  la  zone  de couverture,  la  densité  et  la  persistance  des  systèmes  de  surveillance  traditionnels.  Quand  un  objet suspect sera repéré,  les drones  aériens en fourniront très rapidement une image précise. Une fois le danger identifié, les drones de surface pourront intervenir de façon adaptée sur décision de l’opérateur. Le système sera aussi plus économique et plus écologique car il réduira l’emploi de moyens lourds comme les avions et les hélicoptères de surveillance ou les navires. Les drones permettront également d’éloigner du danger les équipes assurant la sécurité. En optimisant le nombre d’opérateurs nécessaires, il conciliera la réduction des coûts avec le renforcement de l’efficacité.

DroneSeastem-Protect pose les bases de la sécurité maritime de demain et ouvre la voie vers de grandes perspectives technologiques et commerciales pour toute la filière. Labélisé  par le  Comité Stratégique de la Filière Industries de Sécurité, le projet a été retenu pour assurer la sécurité lors des épreuves nautiques des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 qui se dérouleront à Marseille !